Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les licences sans jamais avoir osé poser la question.

Si vous étiez dans un club l’an dernier et que vous souhaitez nous rejoindre, alors demandez à de votre ancien club de libérer votre licence au plus tôt. Il n’y a aucune raison qu’ils refusent le transfert. Attention aux dates, vous n’avez qu’entre le 1er octobre et le 30 novembre.


La licence est le lien entre la Fédération Française de Tir à l’Arc et l’Archer. Dit autrement, le club dans lequel vous pratiquez, est un intermédiaire entre l’archer et la « Fédé ». Ce club/compagnie n’en est pas propriétaire mais seulement gestionnaire.

Concrètement, comment cela fonctionne-t-il ?

  1. Un archer qui n’a jamais été licencié auprès de la FFTA : Lorsque le club enregistre ce nouvel archer, il « créé » un nouveau licencié dans l’extranet de la Fédé.
  • Si l’archer a déjà été licencié mais inactif depuis plus d’un an, alors sa licence existe. Elle est disponible. Le nouveau club « renouvelle » la licence.
  • Si l’archer a une licence valide au cours de la saison précédente, sa licence est « transférable » d’un club à un autre.

Copie d’écran de l’onglet Licence d’un archer – Extranet de la FFTA

Pour des raisons d’administration des licenciés, tant au niveau de la Fédé que des clubs, les transferts sont réglementés. Il y a donc une période pendant laquelle, l’archer peut demander que sa licence soit transférable à un autre club. Dans les faits, cette demande se résume à décocher l’option « Transférable – NON » sur la fiche FFTA du licencié. Le Responsable des Licences ou le Président du club en ont la capacité.

Cette période va du 1er octobre au 30 novembre. Un archer qui souhaite changer de club doit en faire la demande expressément à son ancien club. Si l’archer est en règle avec le Trésorier, il n’y a aucune raison pour que la demande ne soit pas satisfaite.

Hors ces deux mois, la demande de libération doit être adressée au Comité Régional de la Fédération Française de Tir à l’Arc. Dit autrement, la demande est instruite par le Président de la Région. S’il accorde un avis favorable il demandera à l’ancien club de libérer la licence.  

Le blocage de licence peut paraitre autoritaire. Mais ce système est vertueux pour deux raisons. La première serait que sans blocage, un archer indélicat puisse se sévir librement de club en club. La seconde raison serait que le classement national des archers et des équipes n’auraient plus de sens si le mercato n’était pas borné dans le temps.