choix flèches tir à l'arc Spine Paradox Paris

En bois, carbone ou alu, choisir une flèche est aussi importante que le choix de l’arc.

 

Principe de base : comment fonctionne la relation Arc / Flèche / Archer ?

Un arc classique est principalement composé d’une poignée, de deux branches et d’une corde. L’ensemble emmagasine beaucoup d’énergie lors de la phase d’armement. A la libération, cette énergie est principalement restituée à la flèche, mais aussi à l’arc et l’archer.

Trois conséquences :

  • L’énergie est principalement transférée à la flèche. Donc laquelle choisir pour un vol optimal ?
  • Une partie reste dissipée par l’arc lors de vibrations de la corde et des branches.
  • Indirectement, une partie est renvoyé à l’archer impliquant un risque de blessures éventuelles.

Commençons par le choix de la flèche. Cette dernière doit être choisie en fonction de sa capacité à encaisser l’énergie reçue, tout en conservant un vol rectiligne. Pas trop rigide et pas trop souple. En poussant la logique à l’extrême, une flèche faite d’un morceau de balsa casserait net sous la pression de l’arc. A contrario, si une flèche est faite dans un rail SNCF, cette dernière ne bougerait pas et c’est l’arc qui volerait. C’est pour cette raison que nous adoptons la souplesse des flèches (appelé spine) en fonction de la puissance développée par l’arc. Ceci est le premier prérequis avant d’envisager tout réglage complémentaire de l’arc.

Pour nous guider, les fabricants de flèches ont développé des tableaux de correspondance entre puissance et souplesse des flèches. Mais ces derniers restent indicatifs car beaucoup de paramètres peuvent influencer le comportement d’un tube (sa longueur, le poids de la pointe, la forme de la poignée, le matériau et la forme des branches, le nombre de brins de la corde, etc.). Le budget d’un fagot de flèches pouvant être onéreux, il est préférable de tester avant d’investir. Deux options s’offrent à vous :

  • Un autre archer vous prête ses flèches. Pour des raisons évidentes de sécurité, vérifier que vous avez des allonges (longueur de flèche) compatibles.
  • Vous achetez seulement quelques flèches pour tester.

 

Quelles flèches choisir en fonction des circonstances / disciplines ?

Ceci est fonction de la discipline pratiquée, du type d’arc, de la distance de la cible. Pour faire simple, nous adaptons le diamètre des flèches en fonction des distances de tir. Pour limiter l’influence du vent, nous choisissons des flèches à faible diamètre sur les distances longues en extérieur.

A contrario, dans les espaces clos, nous privilégions des diamètres plus fort afin de bénéficier des cordons favorables en cible. D’aucuns tirent les mêmes flèches, qu’elles que soient les distances, en intérieur comme en extérieur.

La raison est simple. Pas de changement de réglage et donc le tireur focalise son effort sur la technique de tir et non les multiples tâtonnements pour arriver à un paramétrage optimum.

Si vous choisissez cette option, alors vous opterez pour des flèches a faible diamètre. Vous obtiendrez moins de cordons mais vous n’aurez pas de handicap lors des tirs extérieurs.

La solution qui consiste à opter pour des diamètres intermédiaires n’offre aucun bénéfice. Vous n’aurez pas particulièrement plus de cordons et vous serez quand même influencé par le vent en extérieur.

 

Quel est le prix raisonnable d’une flèche ? En loisir, initiation ou compétition, le prix est un facteur prépondérant

Une flèche se compose d’un tube, complétée d’une pointe ainsi que d’une encoche et des plumes. Les flèches d’entrée de gamme sont vendues intégralement montée de tous ces composants. A l’inverse, les tubes haut de gamme sont vendu seuls, laissant le choix à l’archer de paramétrer tous les autres accessoires. Pour résumer, le budget d’un fagot de flèches est fonction du niveau de performance attendu, sachant que le prix est fonction des contraintes techniques et de vos exigences.

  • Si vous êtes sélectionnés pour les Jeux Olympiques, alors le prix complet d’une flèche (tube + pointe + pin + encoche + plumes + montage) est sans intérêt pour vous, car les fabricants de flèches ou fédérations vous sponsorisent.
  • Si vous vous alignez au Championnat de France, personne ne financera vos flèches. Donc vous allez payer le prix fort puisque le coût d’une flèche haut de gamme avoisine les 30/35 euro pièce. Notez que tous les participants au Championnat de France ne tirent pas non plus des flèches de ce prix-là. D’où la question : que cache le coût complet d’une flèche ? Nous aborderons ce point dans le paragraphe suivant.
  • Si vous participez aux championnats régionaux ou départementaux, 20€ par flèche est un prix raisonnable.
  • Dans les autres cas, 10€ par flèche est un bon compromis car ce n’est plus de l’entrée de gamme et les matériaux sont suffisamment solides pour durer plusieurs saisons. Oui, plusieurs saisons car les flèches sont considérées comme du consommable. La durabilité est fonction de son prix mais aussi de son usage. Un archer olympique qui tire 500 flèches par entrainement n’aura pas la consommation d’un archer débutant qui tire deux heures par semaine.
  • Des flèches à 5 euros restent des largement utilisables dans le cadre des cours d’initiation ou de la pratique loisir. Il en est de même pour la découverte d’une nouvelle pratique, en passant par exemple de l’arc classique à l’arc à poulies ou à l’arc de chasse.

Comment expliquer le prix d’une flèche ?

La performance d’un archer n’est pas de tirer une flèche en plein centre de la cible, mais de tirer toutes ses flèches dans le centre de la cible. Même si nous tirons plusieurs volées, l’exigence technique attendue sur une flèche est identique sur toutes les autres. Dit autrement, les flèches doivent être fongibles. Celle-ci ou une autre, peu importe, le comportement doit être identique. Le maître mot est, là encore, la régularité. Les archers les plus pointilleux vont jusqu’à faire un « tri de flèche ». Cet exercice consiste à numéroter ses flèches, les tirer et reporter l’impact sur une feuille de papier à raison d’un blason par numéro de flèche. Ainsi pour six flèches, vous avez six blasons. Et à la fin de vos six, huit ou douze volées, vous pouvez observer, blason par blason, une certaine constance dans le groupement de chacune de vos flèches. Vous pourrez ainsi identifier celles dont les plumes ou encoche peuvent avoir un défaut, sinon tout simplement éliminer des tubes qui n’ont pas les critères de régularité que vous attendez. Car l’enjeu est bien là : utiliser des flèches identiques.

Le défi industriel consiste donc à fabriquer des flèches avec le même degré de précision :

  • En masse (plus ou moins 0,5 grain par pouce, soit 0,032 grammes pour les flèches haut de gamme),
  • En rectitude (à raison de plus ou moins 0,0015 pouces, soit 0,0381 millimètre, pour les flèches de compétition, +/- 0,003 pouces pour les flèches de chasse, +/- 0,006 pouces pour les flèches d’entrée de gamme)
  • Et en souplesse (données non communiquées, mais les écarts peuvent être sensibles).

Les contrôles qualité sont donc intégrés aux études de conception, au choix et approvisionnement des matériaux comme aux procédés de fabrication. Plus le niveau d’exigence est fort, plus le prix est élevé. Notez que certains fabricants millésiment leur production, avec des sérigraphies différentes. C’est aussi l’occasion, à la sortie de chaque nouvelle production, de faire de bonnes affaires sur les séries des années précédentes, car s’il y a bien des matériaux qui résistent au temps, ce sont bien le carbone et l’aluminium.

 

Concrètement comment s’y prendre ?

1° Je calcule mon allonge, c’est-à-dire la taille de ma flèche au passage du clicker. Elle se mesure en centimètre mais doit être convertie en pouce (divisé par 2,54), car les tableaux de correspondance des constructeurs sont exprimés en pouce.

2° Je calcule la puissance développée au passage du clicker. Cela se fait avec un peson. La mesure est exprimée en livres … Car là aussi, les tableaux de correspondance sont exprimés en mesures impériales.

Avec ses deux mesures, je vais consulter la griller d’association Puissance/Allonge des constructeurs de flèches (sur leur site internet). Cette intersection (par type d’arc Classique Recurve / Compound Poulies) donne le degré de souplesse adéquat de la flèche.

Par exemple, j’ai 30’’ pouces d’allonge et 38# livres au clicker. Sur l’abaque « maison » ci-dessus, j’obtiens un degré de déflexion ou spine de 600. Cette mesure indique la souplesse d’un tube. Donc plus le chiffre est élevé, plus le tube est souple. Inversement, plus le chiffre est bas, plus le tube est rigide.

Enfin, maintenant que je connais le spine de la flèche, alors je peux choisir en fonction de la discipline de tir et/ou du budget. Soyez vigilent, car il y a autant de tableau de spine que de fabricants de flèche. Ce qui est valable chez Easton, ne l’est pas forcément chez Carbon Express, Gold Tip, Skylon, Cross-X, Avalon, Beaman ou Victory.

Il restera maintenant à tailler les flèches à votre allonge, vérifier régulièrement les encoches, ainsi que le bon positionnement des plumes et procéder aux réglages fins de l’arc (berger, point d’encochage, tiller et adaptation de la puissance).

Là aussi, c’est une autre histoire.